rameau

Rameau d'Or 2016






































RAMEAU D’OR 2016 : témoignage de l’équipe gagnante

Le Rameau d’Or en est à sa 5ème édition. Bonne ambiance et scores exceptionnels sont au rendez-vous, c’est donc toujours avec beaucoup d’impatience qu’est attendue l’épreuve traditionnelle de ce weekend de Pentecôte.

Un cadre exceptionnel

Le somptueux lac de Fishabil accueille 36 équipes dans un cadre exceptionnel de confort et de verdure agrémenté d’une densité de poissons extraordinaire. Les 72 pêcheurs au coup sont de grands privilégiés puisque c’est le seul match où les poissons blancs sont les cibles au détriment des spécimens, carpes et silures peuplant le lac et habituellement recherchés. Ce sont les pêches de brèmes qui construisent les grosses bourriches et tous les participants savent que plusieurs dizaines de kilos de poissons sont nécessaires pour espérer l’emporter. Nous n’en sommes pas à notre première participation avec mon ami Olivier Wimmer et notre plan a été échafaudé longtemps à l’avance. Grande canne et anglaise, aucune technique n’est mise de côté. La seule inconnue est la taille des prises. Petites ou grosses brèmes ? Nul ne le sait, puisque les entrainements sont prohibés la semaine précédant l’épreuve.

1ère manche, poissons au rendez-vous

Au tirage, chacun y va de son petit pronostic sur les bonnes et mauvaises places avec comme seule référence les résultats de l’année passée. Nous héritons du n°17 pour notre part. Après un démarrage timide, très rapidement nous nous apercevons que l’option « pêche à l’anglaise » du départ est la bonne puisque les poissons peinent à rentrer à distance de grande canne, d’autant que la moyenne des prises semble supérieure. Les 5 heures de pêche s’égrènent rapidement et il a fallu alterner sans cesse les techniques pour garder une constance dans les touches. Lorsque la balance arrive, l’équipe Dantony-Treille, de sacrés clients placés à une fameuse aile (extrémité de parcours), annonce un score de 42 kg ! Il faudra plusieurs pesées à Gwendal Perrichot en charge de la balance pour nous annoncer un score de … 55 kg ! Nous remportons notre secteur avec le 2ème plus gros poids du jour. Les secteurs se remportent avec 56kg, 30kg… Les poissons sont bien au rendez-vous. Seule la digue habituellement prolifique marque le pas, en cause l’importante couche de bourre de peupliers qui empêche une bonne pratique du moulinet.

Mi-temps réparatrice

Le repas commun du samedi soir tient une place importante. C’est l’heure du bilan pour tous, de refaire la pêche et de côtoyer tous les pêcheurs et les organisateurs qu’on ne fait que croiser dans la journée. D’autant que la gastronomie bretonne et le repas assuré par Marc du Madison à Loscouët-sur-Meu sont fameux ! On ne le dira jamais assez, mais la bonne ambiance de ces grandes épreuves est révélatrice de ce que recherchent les compétiteurs : prendre du bon temps ! M. Perrault, Maire de la commune et son épouse ainsi que M. Farragi, propriétaire du site, nous font même le plaisir de se joindre aux pêcheurs.

2ème manche matinale

Afin de permettre à chacun de rentrer tôt, la manche du dimanche se déroule de bonne heure. L’occasion de découvrir le lac au lever du jour et l’activité ambiante à la surface ne laisse planer aucun doute, les poissons ont toujours faim. Nous échouons sur le secteur le moins profond au N°28 où néanmoins la veille de belles pêches ont été réalisées. Le hasard nous place aux côté de Nicolas Dantony et Olivier Treille, le combat s’annonce acharné. De grosses pointures héritent de postes intéressants comme l’ami Diego Da Silva qui se trouve à une aile, idem pour Jonathan Sanmarti et Greg Petillot. On n’est jamais tranquille lorsqu’on a ce genre de pêcheurs aux trousses. Olivier et moi-même démarrons fort au moulinet en prenant des plaquettes de plus en plus grosses à un rythme acceptable. Jusqu’à la dernière heure, nous sommes au coude à coude avec nos voisins, mais notre coup s’éteint inexorablement et le leur explose. Nos amis remportent le secteur avec une superbe bourriche de 38kg. Nous finirons 3ème avec 33kg.

A ce stade, nous pensons la victoire inaccessible. Mais coup du sort, les équipes bien placées la veille accusent le coup et d’autres se neutralisent et sombrent au classement. Il ne reste que 4 équipes avec 4 points dont la nôtre. C’est au poids total que nous allons être départagés. Et il faudra attendre de longues minutes de suspense pour nous faire entendre dire qu’après une première victoire en 2013, une seconde place en 2014, nous remportons cette édition 2016 avec 88 kg !

Le podium est complété par SANMARTI-PETILLOT (2èmes ) et DANTONY-TREILLE (3èmes ) toutes deux avec 4 points, une sacrée bagarre !

Comment nous avons pêché

Nous avons amorcé copieusement 3 coups, l’un à 11 mètres, le second à une vingtaine et un troisième à 40. Le premier jour, nous avons réalisé deux tiers de notre pêche à l’anglaise et le second trois quarts. Le plan d’eau étant peu profond et pour une fois le vent modéré, il nous est vite apparu que les plus gros poissons stagnaient au large. Nous avons employé pour la pêche au coup des flotteurs d’1g et pour l’anglaise, des wagglers de 6 à 10g. Lorsqu’il y a beaucoup, voire énormément de poissons comme c’est le cas ici, c’est aussi, sinon plus difficile de s’en sortir que quand il y a en peu. Beaucoup ont tendance à vouloir aller vite, trop vite. Pour notre part, nous n’avons pas pêché grossièrement (hameçon de 16 sur 10/100ème), mais tenté de ramener toutes nos prises en épuisant quasiment systématiquement.

Un grand merci…

Nous souhaitons remercier la société Rameau de proposer une épreuve sachant mêler convivialité, compétition et une dotation exceptionnelle, l’équipe de Fishabil pour son accueil avec Mark, Alexandre et Priscilla, Julien Thoron et Pascal Chemin ainsi que leur équipe pour la logistique et les pesées qui ne sont vraiment pas une mince affaire avec plus de 2 tonnes de poissons capturés !

Florian Muller

Edition 2016 du salon de Clermont


L’édition 2016 du Carrefour National Pêche & Loisir s’est déroulée les 15, 16 et 17/01 à la grande de Halle d’Auvergne à Clermont-Ferrand. Ce salon a connu comme chaque année un grand succès, avec en 2016 23 500 visiteurs sur le week end, soit une fréquentation en hausse de 10% par rapport à l’année dernière.

Les pêches au coup et notamment les pêches modernes en carpodrome ont le vent en poupe et des marques comme Rameau, VMC ou Dynamite Baits présentent de nombreuses nouveautés cette année pour des pêches très techniques à la grande canne, à l’anglaise ou au feeder. Cette dernière a suscité de nombreuses questions de la part des visiteurs sur le stand Rameau, qui s’intéressent beaucoup aux nombreuses nouveautés de la marque développées par l’équipe afin de répondre aux demandes des pêcheurs de carpe au coup.

La pêche à la grande canne voit l’arrivée de produits spécifiques pour les pêches à la pâte, notamment avec de nouveaux flotteurs Rameau, pâte avec de très longues antennes qui permettent de suivre la dissolution de la boule de pâte sur le coup.

Les pêcheurs au feeder sont aussi gâtés avec de nouveaux équipements et produits pour une installation confortable et des montages performants. Le nouveau Siège Feeder Luxe Rameau a ainsi suscité beaucoup d’intérêt sur le stand de par son esthétique, son ergonomie et son confort.

Les pêcheurs de carpodrome sont aussi très sensibles aux démonstrations de montage pour la pêche au method feeder et apprécient l’importance de disposer de montages performants, de présentations originales et d’appâts de bonne qualité pour tromper la méfiance des carpes de plus en plus éduquées des carpodromes français. Les nouveaux Pellets Flottants Rameau, avec des coloris flashy et des parfums très réussis ont conquis le public dans des présentations décollées redoutables pour susciter la curiosité des carpes en début de saison.

Enfin, les visiteurs ont particulièrement apprécié la nouvelle gamme d’appâts Dynamite Baits conçue spécialement pour les pêches en carpodrome : 10 produits pour l’amorçage, l’eschage et l’attractivité, déclinés dans 6 parfums. Le parfum Pineapple & Scopex a remporté l’unanimité, y compris des non pêcheurs et particulièrement des femmes des pêcheurs, en démontrant qu’il est possible de proposer à la carpe des appâts à l’odeur agréable !

Toutes ces nouveautés tant chez Rameau que chez Dynamite Baits ont été conçues par des pêcheurs et les visiteurs du salon ont pu apprécier la technicité et le savoir-faire de ces marques pour la fabrication de produits qui vont augmenter leur confort de pêche, et surtout, leur permettre de prendre plus de poissons !


Nicolas Gavoille, Guide de Pêche (70)

Du nouveau chez Rameau


« Du nouveau chez Rameau »

Article paru dans Le Pêcheur de France n°366 - juillet 2015 p.71

---

Vêtements toute saison, rouleaux, boîte à esche, les nouveautés ne manquent pas chez Rameau, avec des produits aussi pratiques que techniques.

Le « rouleau maxi », et le « rouleau simple en V » sont larges et stables, d’un niveau technique conforme aux attentes des compétiteurs et pêcheurs de loisir éclairés. Les structures sont en aluminium. Chaque pied est ajustable grâce à deux segments téléréglables. Les rouleaux sont en mousse EVA haute densité, assurant une circulation douce et sécurisée pour la canne. Un crochet permet de fixer un poids pour assurer la stabilité (un seau rempli d’eau par exemple). Chacun est repliable et livré en housse de transport. La mise en œuvre ne prend que 2 ou 3 mn. Le «  rouleau maxi  », vendu 99,90 €, peut s’ajuster à une hauteur de 30 à 55  cm. La bande de roulement fait 50 cm et deux rouleaux verticaux de 13 cm empêchent la canne de s’échapper

Le «  rouleau simple en V  » vendu 85,50 € peut se monter jusqu’à 105 cm grâce à une crémaillère à manivelle. Il est particulièrement adapté aux berges en pente. Un niveau à bulle permet de régler son assiette.

La salopette et la veste « all season » sont vendus séparément aux prix respectifs de 59,90 € et 69,90 €, mais constituent un ensemble imperméable confortable permettant d’affronter fortes pluies ou temps frais et humide. Ces deux vêtements 100 % nylon avec revêtement PU ont des coutures intérieures thermo-soudées renforçant l’imperméabilité et sont disponibles dans les tailles M, L XL et XXL. Les fermetures zip sont protégées par des rabats velcro.

La salopette est équipée d’un zip double sens. Le bas des jambes à large soufflet permet le passage des bottes. À noter, le côté pratique des deux poches frontales à zip.

La veste se ferme par un zip surdimensionné. Le col et les poches latérales sont doublés polaire, apportant chaleur et confort. Un serrage velcro empêche l’eau de pénétrer aux poignets. La capuche, réglable, est amovible. Le coloris noir et rouge et la discrétion des logos font que ces vêtements peuvent satisfaire tous types de pêcheurs.

D’une contenance d’un demilitre, cette boîte permet de conserver pinkies, asticots ou gozzers en pleine forme, grâce à une large surface (16cm x 16cm), et une faible épaisseur (4 cm). En action de pêche, le couvercle rond central peut rester ouvert, sans que les larves ne puissent s’échapper. Cela grâce au double rebord vertical du grand couvercle, qui renvoie les bestioles au fond de la boîte. Un précieux allié, surtout par temps humide, proposé au prix de 6,50 €.


Jean-Jacques Chaumet

Pêche à la pâte



Dans un carpodrome où les carpes voient passer pas mal de pêcheurs et donc d’appâts différents (graines, pellets durs, pellets mous de toutes les tailles et couleurs, pellets expanders…), les poissons peuvent développer une certaine méfiance face aux pellets. Les carpes attendent en effet que les pellets déposés par les pêcheurs se transforment, sous l’action mécanique de l’eau, en une sorte de pâte. C’est donc naturellement que les pêcheurs en carpodrome à la grande canne proposent directement un appât sous forme de pâte.

Cette technique nécessite quelques adaptations techniques afin de tenir compte de la fragilité de l’appât et de sa mauvaise tenue à l’hameçon comparativement à un pellet solidement fixé sur un cheveu ou une bague.

J’utilise tout d’abord une mini coupelle de scion Rameau dans laquelle je dépose la boule de pâte que j’ai confectionnée autour de l’hameçon. J’ajoute éventuellement quelques pellets, et je dépose le tout sur mon coup. Il est important de déposer régulièrement des pellets sur le coup, que ce soit à la mini coupelle ou à la main, pour que les poissons restent actifs.

Deuxième point important pour cette pêche, c’est le flotteur et son équilibrage. J’utilise un flotteur spécial pâte Rameau dont l’antenne est très grande et graduée, ce qui me permet de suivre visuellement la dissolution de la pâte que j’ai autour de l’hameçon. Le plombage du flotteur est effectué de manière à ce qu’il soit équilibré à la base de l’antenne. Ensuite, c’est la pâte qui finit l’équilibrage pour qu’il ne reste que deux centimètres de l’antenne visible. En pêche, j’observe donc l’antenne remonter progressivement au fur et à mesure de la dissolution de la pâte et quand l’antenne est totalement visible, je sais que je n’ai plus de pâte…

Les touches à la pâte sont généralement très franches et l’antenne du flotteur permet de bien différencier les vraies touches des passages dans le fil. Le ferrage doit être franc et appuyé afin de ressortir l’hameçon de la boule de pâte pour assurer l’ancrage dans la gueule de la carpe.

Cette technique est redoutable et m’a probablement permis de réaliser mes plus grosses bourriches en carpodrome, mais elle souffre d’une mise en œuvre plus technique et plus lente. C’est pourquoi je la réserve aux jours difficiles où les carpes boudent les appâts plus faciles à utiliser sur des montages classiques (pellets, graines…)


Nicolas Gavoille, Guide de Pêche (70)

>>Voir son site<<

Deux bonnes recettes pour réussir en hiver !


La pêche au coup est souvent très technique mais elle l’est encore plus lorsque les eaux sont claires et froides. Pour que vous puissiez encore réaliser quelques jolies bourriches avant la fin de saison, nous avons contacté Didier Guessard, grand champion de pêche au coup, qui nous a gentiment communiqué deux de ses recettes favorites. Prenez note !

« Avant toute chose, il est très important de savoir qu’en hiver, surtout lorsque les eaux sont froides et claires, il est très important d’utiliser une amorce sombre voire de couleur noire. De plus, comme les poissons se nourrissent moins, il faut impérativement utiliser des amorces pauvres qui ne vont pas les gaver. Pour teinter efficacement votre amorce en noire ou pour l’assombrir, je vous recommande d’opter pour le noir de vigne ou encore pour les teintures utilisées par les carpistes. Il est très important d’utiliser une teinture qui va vraiment tenir au fond de l’eau pour éviter que l’amorce se décolore au fil de la partie de pêche. Je vous propose donc de vous donner deux recettes d’amorce qui vous permettront normalement de tirer votre épingle du jeu à cette saison ! »


Recette d’amorce pour pêcher les gardons en étang en hiver

2 kg de Rameau d’Or Reactive Gardon

1 kg de Rameau d’Or Spéciale Fisheries

3 kg de terre de rivière teintée


Les conseils de Didier Guessard :

« Je vous conseille de mélanger l’amorce sèche à la terre puis de diluer ensuite du Speculatus liquide (Rameau) dans l’eau que vous allez utiliser pour mouiller votre amorce. Versez l’eau progressivement pour ne pas obtenir de la boue. Idéalement, mouillez votre amorce en deux fois de manière à laisser le temps aux particules de bien s’imprégner d’eau. Cette recette fera merveille pour pêcher en étang ou dans les rivières à courant lent ».


Recette d’amorce pour pêcher à l’anglaise en hiver

1 kg de Rameau d’Or Anglaise/Moulinet

1 kg de Rameau d’Or Special Fisheries

3 kg de terre de Sommes teintée


Les conseils de Didier Guessard :

« Cette recette est vraiment parfaite pour pêcher dans des étangs dont la profondeur est comprise entre 2 et 5 m de fond. L’amorce Rameau d’Or anglaise/moulinet travaille très rapidement lorsqu’elle se trouve au fond. L’amorce Special Fisheries est très riche en farine de poissons ce qui la rend donc très grasse et très intéressante pour susciter toute la curiosité des beaux poissons. Pour que cette amorce colle bien et que vous puissiez facilement amorcer à la fronde, je vous recommande de mouiller cette amorce avec de la mélasse liquide. Plus vous allez diluer de la mélasse dans votre eau de mouillage, plus vous obtiendrez une amorce collante. Si, en revanche, vous souhaitez avoir une action plus rapide de votre amorce, vous pouvez aussi tout à fait ajouter 1 kg d’amorce Rameau surface. Vous obtiendrez ainsi un nuage persistant qui vous permettra de rapidement attirer les poissons sur votre coup ! »

Bourriche rectangulaire Rameau


Les pêches en Carpodrome, que ce soit à la grande canne ou au moulinet, permettent de passer des journées au bord de l’eau riches en touches et en poissons au bout de la ligne ! Ainsi, il n’est pas rare de finir la partie de pêche avec plusieurs dizaines de kilos de carpes…


Si vous souhaitez participer à un concours Carpodrome ou tout simplement faire une photo de vos prises en fin de journée, il vous faut une bourriche capable de stocker ces grosses quantités de carpes dans de bonnes conditions afin d’être en mesure de relâcher les poissons sans encombres.


Voici ce que l’on demande à une bonne bourriche pour pêcher en Carpodrome :

- Grandes dimensions

- Filet à mailles fines qui ne blessent pas le poisson et qui n’emprisonneront pas l’épine des nageoires dorsales et anales des carpes

- Une grande solidité

- Des poignées qui permettent de soulever la charge en fin de journée


La bourriche rectangulaire Rameau répond à ces critères. Ces dimensions généreuses (une section de 50x40cm et une longueur de 4m) permettent de stocker dans de bonnes conditions jusqu’à 70-80kg de carpes ! Il faut même se mettre à deux pour sortir la bourriche de l’eau avec une telle quantité de poissons mais les carpes sortent de la bourriche sans y rester accrochées par une nageoire et, en fin de partie de pêche, on peut remettre ces poissons à l’eau sans blessures et parés pour de nouvelles aventures !

Nicolas Gavoille, Guide de Pêche (70)

>>Voir son site<<